Evaluation de l’état des aménagements biologiques (reboisements et amélioration sylvopastorale) du 06 au 10 Avril 2017

Une prospection de terrain a été réalisée en période du 06 au 10 Avril 2017 dans le but d’évaluer l’état des périmètres de reboisement et ceux d’amélioration sylvopastorale réalisés par les services forestiers dans les années 2000. Pour ce faire, au moins deux placettes de 400m2 ont été réalisées suivant la représentativité dans chaque périmètre de reboisement et d’amélioration sylvopastorale. Dans chaque placette, un relevé de la végétation a été effectué et le recouvrement végétal global a été estimé.  Le nombre d’espèces vivaces a été aussi compté et leur indice d’abondance/dominance et les signes d’érosion appréciés. Ceci permet de caractériser chaque périmètre par son recouvrement végétal global, le nombre d’espèces vivaces, les signes d’érosion.

Enquete sur les facteurs de dégradation des forêts, du 05 au 09 avril, 2017

Une enquête a été effectuée dans la vallée de l’Ourika du 05 au 09 Avril 2017 pour analyser les facteurs de dégradation des reboisements et des plantations sylvo pastorales réalisées par les services forestiers dans les années 2000.  Des enquêtes sous forme de questionnaires ont été conduites en tête à tête avec des hommes et des femmes des différents douars  du bassin de l’ourika (Ilikri, Zaouiat Siti Fadma Agadir Nait Boulmane, Tadrart, Timichi, Ait Lkak, Tikhfist, Boyzgarene, Anfgayene, Amassine, Timenkar, Agadir Lakhmass et Anins). Diverses informations ont été recueillies à savoir la présence d’aménagements sylvopastoraux ou de reboisements au niveau des Douars, leurs états actuels (réussis ou dégradés), leurs superficies, espèce et genre du végétal planté, établissement d’une mise en défens ou non, compensation octroyée ou non, conflit avec d’autres douars avoisinant sur le reboisement ou pas, différentes causes de dégradation s’il y en a telles que le paturage, la coupe de bois, la carbonisation, etc.

Mesure de la réserve utile du sol et de la couche de restriction racinaire du 18 au 28 Mars 2017

Dans le but d’évaluer la réserve utile en eau dans le sol pour les différentes utilisations du sol dans le bassin versant de l’Ourika, des travaux de mesure et de prélèvement d’échantillons de sols ont été effectués sur le terrain durant la période du 18 au 28 Mars 2017. Pour chaque occupation du sol, trois quadrats de 1m*0,8m ont été délimités. Chaque quadrat a été saturé en eau et des mesures de l’humidité du sol ont été effectuées à plusieurs intervalles de temps. Des échantillons de sols ont aussi été prélevés à différentes profondeurs (0-10, 10-20 et 20-30) avec un cylindre métallique de 4 cm de diamètre sur 10 cm de hauteur, pour la détermination de la densité apparente du sol. Pour estimer la couche de restriction racinaire pour les herbacées et les arbustes, des profils de sols ont été creusés jusqu’aux 50 cm de profondeur du sol ou selon l’apparition de la roche mère. A l’aide d’un pénétromètre, la résistance à la pénétration du sol a été mesurée à différentes profondeurs. D’autres échantillons du sol ont été prélevés à bas, mi et haut versant pour la détermination des caractéristiques physico-chimiques du sol au laboratoire.

Evaluation du potentiel de production des PAM, du 09 au16 Mars 2017

Une mission de terrain a été effectuée du 09 au 16 Mars 2017 dans le bassin versant de l’oued Ourika en vue d’évaluer le potentiel de production en biomasse /phtomasse des plantes aromatiques et médicinales sur le bassin, les superficies couvertes et leur répartition géographique. Les travaux d’investigation ont été réalisés sur des placettes de 400m2 (20m*20m) réparties entièrement dans sur quatre unités principales homogènes identifiées dans la zone d’étude : Forêt dense, Forêt Moyennement Dense, Forêt claire et vides asylvatiques. Au niveau de chaque placette choisie sur un site homogène, un relevé phytoécologique a été effectué pour identifier l’ensemble des espèces végétales qui s’y trouvent ainsi qu’une évaluation de l’état de santé de ces espèces. Par la suite, un quadrant de 1m2 a été échantillonné par placette pour prélever les plantes aromatiques et médicinales qui s’y trouvent.  Les plantes récoltées sont destinées à l’estimation de la biomasse des différentes parties des plantes dans le laboratoire.

Validation sur le terrain de la carte des espaces dégradés, du 09 au 16 Mars 2017

Une sortie de terrain a été réalisée en période du 09 au 16 Mars 2017 dans le bassin versant de l’oued Ourika. Cette mission a pour but de valider la carte du couvert végétal établie sur la base de l’analyse d’images satellitaires en vue d’identifier les zones dégradées potentielles pour la restauration, d’une part et d’évaluer l’état de réussite des périmètres de reboisements et d’amélioration sylvo pastorale, antérieurement installés par les forestiers dans les années 2000.  A cet effet, des coordonnées des points échantillons ont été pris sur le terrain, par GPS, dans chaque classe de l’occupation du sol, résultat de la classification d’images. Des placettes de 20mx20m ont été échantillonnées selon la représentativité permettant l’estimation du recouvrement végétal global. Le nombre d’espèces vivaces a été compté et les signes d’érosion dans les différentes occupations du sol ont été appréciés. Les périmètres de reboisement et d’amélioration sylvo pastorale (cactus) ont été prospectés pour apprécier leurs états actuels.

Collecte des données pour l'évaluation des corrections mécaniques des ravins réalisées au niveau du BV Ourika, du 01 au 13 Mars, 2017

Une sortie de terrain a été effectuée du 01 au 13 Mars 2017 dans le bassin de l'Ourika. L'objectif consiste à identifier et à évaluer l’état ainsi que l’efficacité technique des traitements mécaniques des ravins réalisés au niveau du bassin versant de l’Ourika, tout en prenant en compte des critères sociaux, afin de mener une évaluation de l’acceptabilité sociale.  Le travail a consisté en l'identification des emplacements de seuils à l'aide d'un GPS, décrire l’état des seuils en utilisant une fiche d’évaluation contenant des critères d’évaluation de l’efficacité technique des seuils et la description de leur état de dégradation.  En parallèle, des enquêtes ont été réalisées auprès des populations des agglomérations riveraines en vue d’évaluer l’acceptabilité sociale et de collecter le point de vue de la population aussi bien sur les seuils déjà réalisés que sur les ravins qui constituent un danger pour la population et leurs actifs et qui nécessitent une intervention urgente.

Enquête d’évaluation des facteurs de dégradation des écosystèmes forestiers, les 12 et 13 Mars, 2017

Une enquête a été effectuée dans les Douars Amlougui et Tizi N’Ouchegu le 12 et 13 Mars 2017, respectivement, pour analyser les facteurs de dégradation des peuplements forestiers et des aménagements sylvopastoraux réalisés dans les années 2000 dans la région. L’enquête, menée en tête à tête en utilisant un guide d’entretien et une carte de situation a été réalisée avec des femmes et des deux Douars. Les objectifs de cette enquête sont d’identifier les différents facteurs de dégradation des peuplements forestiers naturels et des reboisements. Diverses informations ont été recueillies à savoir la présence d’aménagements sylvopastoraux ou de reboisements au niveau des deux Douar, leurs états (réussis ou dégradés), leurs superficies, espèce et genre du végétal planté, établissement d’une mise en défens ou non, compensation octroyée ou non, conflit avec d’autres douars avoisinant sur le reboisement ou pas, différentes causes de dégradation s’il y en a telles que le surpâturage, la coupe de bois vif, le charbonnage, etc.

Activité de terrain du 3 au 6 Mars 2017

Une enquête socio-économique a été effectuée dans la vallée de l’Ourika du 3 au 6 mars 2017 pour évaluer les potentialités de valorisation et de commercialisation des plantes aromatiques et médicinales dans la région.  L’enquête a ciblé 5 catégories de publics qui sont : les coopératives, les unités de transformation, les vendeurs ambulants, les visiteurs et les herboristeries. L’outil de travail utilisé consiste en des enquêtes en tête à tête sur la base de questionnaires dument établis par les enquêteurs selon les objectifs et les informations à recueillir. Les objectifs de cette enquête sont de recenser et d’identifier les plantes aromatiques et médicinales commercialisées. Diverses informations ont été recueillies à savoir les espèces de PAM commercialisées, le lieu de provenance de ces PAM, les quantités collectées, achetées ou vendues par unité de mesure et par période, les prix correspondantes, les parties utilisées de ces PAM, les différentes utilisations de ces PAM, etc.  

Travaux d’inventaire du 25 au 28 Février 2017

Dans le but d’estimer la biomasse aérienne de la végétation dans le bassin versant d’Ourika, des travaux d’inventaire ont été effectués du 25 au 28 Février 2017 en tenant compte de différents types de formations forestières et préforestières du bassin avec différentes classes de densité. On distingue le chêne vert et le thuya avec trois classes de densité (claire, moyennement dense, dense), le genévrier rouge et le genévrier thurifère avec deux classes de densités (claire et moyennement dense), le genévrier oxycèdre en mélange avec le chêne vert et l’arboriculture. Dans chacune des occupations du sol considérées, une placette carrée de 50 m de côté, soit d’une superficie de 2500 m² a été délimitée. Dans chaque placette, il a été mesuré la circonférence à 1,30 m et la hauteur de tous les arbres ayant une circonférence supérieure ou égale à 10 cm. Les circonférences ont été mesurées avec des mètres ruban et les hauteurs par le Relascope de Bitterlich. Sur des transects de 25 m, à chaque 5 m, les arbustes ont été coupés par espèces sur une surface de 1 m² et pesés avec une balance. 

Compagne d’échantillonnage -Eau, Benthos et Substrat-  du 23.01.2017 et 27.02.2017

Une compagne d’échantillonnage de l’eau des sources au niveau des douars  Amelougui, Aghbalou et Timalizene, et de l’eau de surface tout le long du Ouad Ourika (plus précisément : Setti Fadma, Imi N’tadart, Tazitount, Oualmas et Aghbalou a été réalisée le 23-24 janvier 2017 et le 26-27 février 2017.  En parallèle, d’autres échantillons ont été prélevés au niveau des mêmes points et qui concernent le substrat notamment pour l’étude des métaux lourds et le benthos pour l’évaluation de l'état global du milieu ainsi que la détermination de la qualité des eaux en utilisant la faune de macro-invertébrée aquatique.

Tournée de  prospection du terrain  du 11 au 14 janvier, 2017

Une tournée de prospection de terrain a été organisée durant les journées du 11 au 14 janvier 2017 dans le bassin de l’Ourika. Cette tournée à laquelle ont participé cinq étudiants et des professeurs de l’ENFI et de l’Université Cadi Ayyad avait un double objectif.  Le premier objectif consiste en  la visite  des aménagements et corrections de ravins ainsi que les plantations forestières  qui ont été réalisés par le Service Forestier dans le passé dans le cadre de l’aménagement du bassin versant de l’Ourika, les localiser en vue d’évaluer ultérieurement leur état et efficacité technique ; le second objectif est de faire une prospection préliminaire de l’état de dégradation des écosystèmes et aussi  de s’informer et observer le potentiel existant en matière de plantes aromatiques et médicinales dans la zone.  Cette tournée de prospection approfondie va permettre d’affiner les méthodologies à adopter pour évaluer l’état et la réussite technique ainsi que l’acceptabilité sociale des interventions biologiques et physiques qui ont été réalisés sur le bassin versant en vue de formuler des recommandations pour les restaurer en cas de besoin ou de  conseiller d’autres sites potentiels (ravins, espaces forestiers) à aménager dans le futur en vue d’atténuer le risque et l’ampleur des crues et inondations dans l’Ourika.