Caractérisation hydrodynamique des sols : du 3 au 18 Avril 2016

Une activité de terrain a été réalisée du 3 au 18 avril, 2016. Il s’agit détermination des caractéristiques hydrodynamiques des sols étudiés à petite échelle et sous diverses conditions, avec la simulation de pluies. L’activité consiste en en la création artificielle de chute de gouttes d’eau avec des combinaisons des différents paramètres caractérisant une pluie. Ces combinaisons sont définies sont simulées aux conditions naturelles locales du lieu d’expérimentation. La parcelle de simulation a une surface d’un mètre carré. (1m²). Après l’installation de la parcelle expérimentale, on procède à la mesure des différents paramètres de surface. L’état de surface du sol est décrit par la méthode des points quadra. L’expérimentation a été conduite sur trois sites différends par le type de substrat et plusieurs types d’occupation du sol (forêt dense, forêt claire, agriculture annuelle, arboriculture, etc.)

Deuxième compagne d’échantillonnage de l’eau et du benthos, : 16–19 Mars 2016

Durant la période du 16 au 19 Mars 2016, un échantillonnage de l’eau des sources et puits a été réalisé au niveau des douars : Amelougui, Aghbalou et Timalizene, ainsi qu’un prélèvement de l’eau et du benthos tout au long de l’Oued Ourika, en passant par Setti Fadma, Imi N’tadart, Tazitount, Oualmas et Aghbalou. Ces echantillons sont destinés à l’analyse de laboratoire pour déterminer le degré de pollution des eaux de surface le long de l’oued et l’état de qualité des eaux souterraines utilisées pour la a consommation humaine.

Collecte de l’information sur les avantages economiques des différentes occupations du sol,

Une mission de terrain a été effectuée du 17/02/2016 au 27/02 / 2016 dans les douars du bassin de l’Ourika. Cette activité consiste en des enquêtes avec les agriculteurs, des éleveurs, des agents des eaux et forêt et autres personnes ressources. Ces douars ont été choisis en fonction de la présence des différentes occupations du sol et usages du sol (arboriculture, céréaliculture, culture fourragère, élevage, culture maraîchère, la forêt) au niveau des trois communes rurales (Oukaimeden, Ourika et Setti Fadma). Sur ces sites pilotes nous avons essayé d’identifier, quantifier et évaluer les avantages et les coûts des différentes occupations du sol. Les douars concernés sont Agadir Naitboulmane, Setti Fadma, Asgaour, Amelougui, Tourcht, Tizi N’ouchg, Anamer, Ait Mrgane, Tagnite, Aguerd, Imintadart, Tazitounte ,Oualmas, Igri, Igrifouden, Asni, Ighermane, Taljourft, Asguin, Tamzndirt, Timalizne, Ait brahim, Tikhfist, Ignane et Aait Lqaq. Un guide d’entretien a été utilisé pour collecter l’information traitant des condition-socio-économiques, des activités locales relatives aux pratiques agricoles, et des dépenses et les bénéfices générés par ces activités. La validation de la carte d’occupation du sol a été aussi faite lors de cette période.

Travaux de simulation de pluie du 4 au 12 Mars 2016

Durant la période du 4 au 12 mars, 2016, une sortie de terrain a été réalisée en vue d’évaluer les services hydrologiques des différentes occupations du sol. La simulation de pluie a été utilisée pour étudier le comportement du sol selon les différentes occupations du sol et selon le substrat. La simulation de pluie aide à déterminer les caractéristiques hydrodynamiques des sols étudiés à petite échelle et sous diverses conditions. Elle consiste en la création artificielle de chute de gouttes d’eau avec des combinaisons des différents paramètres caractérisant une pluie. Ces combinaisons sont définies par objectif de recherche et sont simulées aux conditions naturelles locales du lieu d’expérimentation.  La prospection a été réalisée au niveau d’un premier micro bassin (Toug el Kheir).  L’étude sera complétée ultérieurement par l’investigation de d’autres micros bassins. Des échantillons d’eau et du sol ont été aussi prélevés et emmenés au laboratoire en vue de leur analyse.

Visite de terrain pour les chercheurs du projet PRISE, le 8 mars, 2016

L’Overseas Development Institute (ODI), London, Royaume Uni, a organisé, en collaboration avec l’Assocaition Marocaine des Sciences Régioanles, une réunion à Marrakech pour le projet 'Pathways to Resilience in Semiarid Economies Consortium (PRISE)’ du 7 au 10 Mai, 2016.  PRISE est un projet de recherche qui traite les enjeux liés au climat et à la croissance économique, plus particulièrement dans les pays arides du monde. La réunion qui a été tenue à Marrakech concerne le septième domaine de travail de PRISE et porte sur la gestion des risques des extrêmes climatiques, plus particulièrement les sècheresses et les inondations.  L’objectif de cette réunion, en plus de l’évaluation de l’état d’avancement de la mise en œuvre du projet, est de partager ses résultats avec des chercheurs marocains, d’une part, et de bénéficier de l’expérience du Maroc en matière de gestion de l’eau en cas de pénurie ou d’excès, d’autre part. A cette occasion, le projet GIREPSE a organisé une tournée de terrain pour l’équipe le terrain le 8 mars 2016, et lors de laquelle il y a eu visite du périmètre irrigué de N’Fis avec l’assistance de l’ORMVAH, la visite du système d’alerte précoce aux inondations avec l’assistance de l’ABHT, et les aménagements anti érosifs et seuils de contrôle des crues mis en œuvre par le HCEFLCD.  En plus des chercheurs/étudiants marocains impliqués dans le projet GIREPSE et des représentants des administrations concernées par les sites visités, les autres personnes qui ont participé  à la visite du terrain sont sont Dr. Guy Jobbins, Dr. Peter Newborne et Mme Helen Parker de l’ODI; et Dr. Claude Wetta de l’Université d’Ouagadougou, Burkina Faso.  

Collecte de données sur les dégâts d’inondation de la crue de Novembre 2014 du 17 au 27 Février 2016 :

Durant la période du 17 au 27 Février, 2016, une sortie de terrain a été réalisée tout le long d’oued Ourika du haut du village Zaouiat Setti Fadema jusqu’à Aghbalou en passant par Imi N’tadart, Tazitount et Oulmes. L’objectif est de réaliser un inventaire et une évaluation des dommages occasionnés par les inondations de novembre 2014 sur les parcelles agricoles, les infrastructures routières et les constructions d’habitats ou des services (restaurants et cafés), en vue de les quantifier monétairement. La cartographie, l’observation et des entretiens semi structurés ont été adoptés comme outils de collecte des données. En parallèle, des réunions d’information ont été tenues avec différentes institutions et personnes ressources: agents des Autorités locales, les responsables de Direction Provinciale de l’Equipement et du Transport de Tahenaout, les agents de la Direction Provinciale de l’Agriculture de Marrakech, l‘agent forestier local et autres personnes clés.

Conduite d’une enquête d’analyse de la vulnérabilité des ménages aux impacts des changements climatiques : 22-28 Février, 2016

Une première partie d’une enquête de vulnérabilité des ménages  a été conduite le 22,26 et 28 Février 2016.  Cette enquête portait sur l’évaluation de diverses dimensions de la vulnérabilité aux changements climatiques à savoir : l’exposition, la sensibilité et la capacité d’adaptation des ménages, la perception des gens des changements climatiques et leur degré de connaissance et conscience du risque des événements extrêmes  que connait la zone.  Les douars ciblés par l’enquête sont Amelougui, Tizi N’oucheg et Tikhfest.  Cette enquête a touché un total de 47 ménages. En plus des données socioéconomiques sur les enquêtés, le questionnaire comporte aussi des questions sur les changements climatiques, leurs dégâts et sur la prévention et les stratégies de réponse aux impacts des changements climatiques.

Tournée de terrain, le 1-2 février 2016

Une visite de terrain a été effectuée le 1 et le 2 février à Marrakech et à Tameslouht. Durant la journée du 1 février, des rencontres ont été effectuées au niveau de l’ORMVAH et de l’ABH de Tensift pour discuter les possibilités de collaboration et d’échange d’informations et de données. La journée du 2 février a été consacrée à la visite de la Subdivision de l’ORMVAH à Tamselouht pour collecter des informations et données relatives aux pratiques agricoles et à l’usage de l’eau d’irrigation. Une visite de terrain a été aussi effectuée pour voir le fonctionnement du système de mobilisation de l’eau d’irrigation et de son partage entre les beneficiaires.

Tournée de terrain au niveau du CMVA Tamezguelft, le 29-30 janvier 2016

Une tournée de terrain a été effectuée le 29 et le 30 janvier au niveau du Centre de Mise en Valeur Agricole de Tamezguelft, situé à Ait Ourir, pour rencontrer les responsables du Centre et des associations des usagers de l’eau et la visite d’un périmètre irrigué.  L’objectif de cette activité est de collecter de l’information sur les usages et les système de gestion de l’eau d’irrigation distribuée soit par des canalisations aménagées soit par le système traditionnel des séguias, et sur les enjeux et contraintes rencontrés par les usagers de l’eau surtout en périodes de pénuries engendrées par des sécheresses. 

Une tournée de prospection du terrain, le 09 et le 10 Janvier 2016

 

Une tournée de prospection du terrain a été organisée le 09 et le 10 Janvier 2016 pour un groupe de chercheurs et d’étudiants qui sont impliqués dans les activités du projet GIREPSE. Cette tournée ambitionne d’initier les étudiants nouvellement impliqués dans les activités du projet à s’initier aux réalités du terrain et à ses problématiques et ses enjeux en vue de mieux finaliser les thématiques de recherche qu’ils vont aborder. Plus de vingt-cinq personnes ont participé à cette prospection qui a été encadré par une dizaine de chercheurs du projet. La tournée a porté principalement sur le sous bassin de l’Ourika, zone d’action pilote du projet. Après une introduction générale sur les aspects biophysiques de la zone dans sa dimension géographique, des thèmes tels que la gestion des espaces naturels, l’aménagement des bassins versants, la problématique de l’érosion du sol et des crues ont été traités. Ces problématiques ont été abordées dans une optique de la nécessité d’évaluation de la vulnérabilité des milieux naturels et socioéconomique et préservation des biens et services environnementaux au bénéfice du maintien du bien-être social des communautés locales et du renforcement de leurs capacités adaptatives face aux aléas climatiques.

Mission de terrain du 21 au 27 Décembre, 2015:

Une mission de terrain a été effectuée du 21 au 27 Décembre, 2015 dans les douars du bassin de l’Ourika. Cette activité consiste à séjourner pendant une journée complète au sein d’une famille dans chacun des douars choisis comme sites pilotes pour l’établissement de profils d’exploitations agricoles, y compris le contexte de développement et les moyens d’existence avec focalisation sur les disparités Genre. Les douars concernés sont Ait L’qaq, Tikhfiset, Amlougui, Aghbalou, Timalizen et Tizi N’oucheg. Un guide d’entretien a été utilisé pour collecter l’information en parallèle à l’observation et à l’implication effective dans la réalisation des activités des ménages. Des données et informations concernant les activités quotidiennes des différents membres des ménages ainsi que l’accès aux ressources et aux bénéfices ont été collectées.