Détermination et analyse des valeurs paysagères du 14 au 16 avril 2015

Les unités paysagères antérieurement identifiées lors d’une première mission ont été vérifiées lors de la période du 14 au 16 avril, 2015, afin de retenir ou d’éliminer les points d’observation du paysage qui se chevauchent sur le même bassin de visibilité ou de faibles amplitude de vue. De nouveaux circuits touristiques ont été explorés et décrits pour évaluer leurs valeurs environnementales. Sur la base de ces informations de vérification, des modifications ont été apportées aux nombre d’unités homogènes paysagères.

Prospection des pratiques agricoles et de conservation du sol du 13 au 15 Avril 2015.

La sortie qui s’est déroulée dans la période allant du 13 au 14 avr. 15 a porté principalement sur l’observation et la description des différents aménagements et terrasses agricoles et autres solutions de conservation des eaux et des sols. L’observation a été faite surtout au niveau des douars Amlougui, Tourcht, Sti Fadma, Agadir n’Ait Boulemane, Elkri, Ait Lekak. La description se base essentiellement sur les critères tels que la taille, le travail du sol sur les terrasses, le dénivellement des murettes, l’altitude des terrasses, la stabilité des terrasses, le nombre de terrasses en comptant du haut de la montagne vers le bas, etc. Le réseau d’irrigation qui se fait principalement par effet de de la pente par des prélèvements d’eau qui se font sur les affluents de l’oued Ourika a été aussi observé et commenté.

 

Collecte de données sur les usages et les usagers des ressources naturelles du 13 au 19 Avril 2015 :


Les douars antérieurement identifiés lors d’une première mission (Takoucht, Amassine, Timalizen, Taourirte, Amgdoul, Sgour, Tikhfist, Ait lqaq, Amlougui, Tizi N’oucheg, Irghef, Tammatert) ont été visités pendant la période allant du 13 au 19 Avril, afin de mener des interviews semi structurées avec la population locale et des informateurs clé. Le but étant de collecter de l’information qui permettra d’analyser les interactions usagers/environnement naturel en vue d’appréhender les jeux d’acteurs et les enjeux et de comprendre les enjeux qui leur sont sous-jacents.

 

Observation des pressions anthropiques sur le milieu forestier du 13 au 14 avril, 2015

Dans l’objectif d’identifier les principales pratiques illicites qui exercent des pressions sur les écosystèmes forestiers, une prospection de certaines zones à peuplements forestiers menacés par des activités anthropiques a été effectuée.  Les pratiques destructrices qui affectent l’intégrité et la durabilité des écosystèmes forestiers qui ont été observées sont l’ébranchage et émondage des arbres, la coupe illicite des arbres, la carbonisation sur le terrain forestier, le surpâturage, etc. comme en témoignent les photos ci-dessous.  Ces pratiques sont rencontrées plus particulièrement à proximité des douars et leur intensité et occurrence varient d’une région à l’autre de la zone prospectée.

Localisation et description des aménagements sylvo-pastoraux réalisés au niveau du bassin versant de l’Ourika, du 13 au 15 Avril 2015

Afin de compléter la carte d’occupation du sol établie pour le bassin versant de l’Ourika, une sortie sur le terrain a été organisée afin de localiser l’ensemble des aménagements sylvo-pastoraux réalisés au niveau du bassin et qui sont situés essentiellement à proximité de certains douars.  Le travail de terrain a consisté à délimiter les surfaces couvertes par le Cactus -principale espèce utilisée dans l’aménagement sylvo-pastoral en Ourika- en prenant des polygones à l’aide du GPS.

Prospection pour identification des types et points de pollution le long de la vallée d’Ourika : du 09 au 12 Avril, 2015.

Une première prospection de la vallée de l’Ourika/Sti Fadma a été réalisée durant la période 09-12 Avril 2015 en vue de rapidement diagnostiquer les types de pollutions engendrées par les activités anthropiques dans l’oued, surtout les facilités d’accueil et de restauration au niveau de la vallée. En plus des pollutions domestiques qui proviennent des agglomérations d’habitations qui longent la vallée de part et d’autre et de l’agriculture sui se situe sur les berges de l’oued ou sur les flancs du bassin versant, la fréquentation touristique, surtout pendant les périodes d’affluence engendre des pressions de pollution solide et liquide sur le milieu naturel. Il est cependant difficile de se prononcer sur le degré de pollution des eaux de l’oued sans procéder aux analyses de qualités, surtout que certaines sources de pollution liquide sont probablement dissimulées et ne sont pas perceptibles au visiteur. Les points de concentration des sources de pollution sont à première évaluation visuelle localisés à proximité des sites qui abritent le plus d’infrastructures d’accueil des touristes,  Sti Fadma, Oualmas, Aghbalou et Laagreb, en l’occurrence.

 

Première prospection pour identification des producteurs et bénéficiaires des services hydrologiques du 06 au 10 Avril, 2015.

Une visite de prospection de la zone d’étude en vue de faire une première évaluation des producteurs et bénéficiaires des services environnementaux hydrologiques et de la perception des visiteurs et des résidents de la vallée au rôle des aménagements agricoles et forestiers et de la conservation de la végétation en amont du bassin dans la protection des infrastructures de la vallée contre les risques de crues et des inondations.   Cette prospection a été l’occasion de sonder l’avis de certains visiteurs de la vallée, marocains et étrangers, sur leurs connaissances du concept de paiement pour les services environnementaux, en tant qu’instrument incitatif pour la conservation de la nature.

 

Enquête avec les randonneurs de la vallée de Ait Mizzane du 06 au 11 avril 2015.

Le processus de collecte des données et des informations auprès des visiteurs du parc national de Toubkal et des agences de voyage spécialisées a continué sur la période 06-12 avril 2015 qui coïncide avec les vacances scolaires de printemps. Les visiteurs ont été interceptés au niveau de la vallée d’Ait Mizzane (Imlil/Armed), le principal point d’accès au parc.   Le nombre de personnes interviewées lors de cette enquête est de 73 visiteurs.  Les agences de voyage enquêtées sont situées dans la ville de Marrakech. Les informations collectées auprès de ces agences qui commercialisent des produits touristiques (randonnées) dans le territoire du parc concernent les produits offerts, les clients types, les apports économiques de l’activité, etc.  Le nombre d’agences enquêtées est de 5. 

 

Enquête avec les visiteurs de la vallée Ourika durant la période : 06-12 avril 2015.

Une enquête avec les visiteurs de la vallée d’Ourika Sti Fadma a été réalisée durant la période 06 au 12 avril 2015 qui coïncide avec les vacances scolaires de printemps. Durant cette période, la vallée a connu une grande affluence et ceci a permis de mener des enquêtes directes en tête à tête avec de nombreux visiteurs en vue de dégager des informations quantitatives et qualitatives sur l’expérience récréative, le profil des visiteurs, etc.  Ces enquêtes ont été effectuées sur le trajet Aghbalou/ Sti Fadma qui est le principal lieu d’installation de petites infrastructures touristiques (cafés, restaurants, maisons d’hôtes, etc.). Des entretiens semi-structurés ont été aussi réalisés avec les agents de transport en commun qui assure la liaison entre Marrakech et la vallée.

 

Première prospection des aménagements et pratiques agricoles, du 18 au 20 Mars, 2015

C’est une visite prospective et observation des différentes formes d’aménagements et pratiques agricoles dans le bassin de l’Ourika.  Les particularités de la zone sont un terrain accidenté et en pente raide, un sol pauvre et fragile surtout sur les versants, une agriculture arboricole principalement les rosacées, des aménagements du sol en terrasses relativement bien entretenues, des cultures sur les barges de l’oued, très peu d’élevage dans la vallée, des terrains en bour et des terrains irrigués avec de l’oued dérivée de l’oued.

 

Activité de dendrochronologie

Le projet GIREPSE a entamé une activité de dendroclimatologie le 17 et 18 mars, 2015, en collaboration avec la société Geologi Associati Fantucci e Stocchi, Italie, pour renforcer sa recherche sur l’évolution du climat dans la région et son impact sur les écosystèmes naturels et plus particulièrement sur la productivité forestière.

A cet effet, des prélèvements de carottes sur des arbres de thuya ont été effectués avec l’autorisation du Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification et son assistance. La forêt concernée par ces prélèvements est la forêt d’Ouzguita localisée à côté du village Imarighen (Maragha). C’est une forêt constituée de peuplements de thuya âgés de plus de 60 ans en moyenne.